« Je suis perdu, dans ma mémoire, dans mon cœur, dans ce monde. » Ft Rosa & Cloud

 ::  play :: dissidia world :: Cornelia Plains Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 8 Mai - 22:20
Mouflet de Materia
avatar
☞ pseudo : Dieu
☞ présence : ⁂ Limité.
☞ messages : 30
☞ double.s compte.s : Bartz Klauser
☞ crédits : Me
Je serais, ton héritage vivant
☞ monde d'origine : Gaïa
☞ profession : Livreur
☞ âge : 24 ans
Voir le profil de l'utilisateur




Cuz everything is never as it seems

Je suis perdu, dans ma mémoire, dans mon cœur, dans ce monde. Ft Rosa



Des paupières papillonnantes, alors qu’une étrange lumière chaleureuse caresser son visage terreux. Cloud Strife, s’éveillait doucement découvrant ce monde pour la première fois. Première fois, ces mots ne collaient pas, le jeune homme était déjà venu ici, il avait déjà arpenté les terres de ce monde, à de nombreuses reprises. Avant son réveil, il l’avait vue, pourtant tout était flou. Il ne se souvenait pas de son arrivée sur ce sol, affaibli par le trajet, de sa rencontre avec Kefka, de son combat, d’avoir perdu, et d’être désormais sous les ordres de cet odieux personnage.

Non, le jeune homme à la tignasse blonde avait simplement l’impression de se réveiller ici, dans ce lieu, pour la première fois. Doucement il poussa sur ses deux bras, regardant un peu mieux autour de lui, regardant alors ses nombreuses blessures, et son sang ayant taché le sol.

Un flash apparu alors devant ses yeux, quelques fragments de souvenir lui revenait, accompagner par de terribles mots de tête.

L’homme tenait cette dernière, de ses deux mains sales. Le visage crispé, il entendait le rire de cet affreux clown riant tout en ordonnant. L’ordre résonnait dans sa tête, encore et encore, sans pouvoir ce défaire de ces mots, il se sentait obligé, comme happer par cette mission. Celle de se rendre dans un vieux château au nord.

« Non, je... Je… »

À peine ce mot prononcer, qu’une décharge électrique traversa son corps, le faisait taire, alors que son dos retomba sur le sol de cette plaine. Le voilà incapable de contredire ce fou, il avait presque l’impression de n’avoir aucun droit sur ses pensées, il était seulement bon à agir tel un pantin.

Avec du mal, le jeune homme se releva enfin sur ses deux jambes, regardant un peu plus les dégâts sur son corps meurtri. L’inspection se faisait, espérant se rappeler qui ou quoi lui avait offert ce genre de marque. Mais aucun souvenir ne lui revenait, seulement le visage peinturlurer du clown.

Non loin de lui, gisant sur l'herbe de la plaine, une large épée.Cette dernière lui semblait familière, son aspect lui offrait comme une sensation de déjà vue. Cette arme, c'était son arme. L’ancien soldat approchait de l'objet en question, d’un pas lent, et peu sur. À peine avait-il saisit cette dernière, qu’un étrange bruit le fit sursauter, le mettant alors en garde.

« Qui va là !? »

Usé de son arme n’était pas dans ses priorités, pourquoi devait-il se battre au juste ? Pourquoi avait-il cette épée aussi grosse en sa possession ? Avant même de recevoir une réponse, il planta la lame dans le sol avant de refermer doucement son poing, espérant simplement que la personne derrière ce bruit n’attaquerait pas en comprenant qu’il n’était pas là pour brandir son épée face à quiconque.


©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Ven 25 Mai - 9:42
Mouflet de Materia
avatar
☞ messages : 24
Voir le profil de l'utilisateur

Rosa continuait sa route sur les plaines de Cornelia. Cela faisait tellement longtemps qu’elle faisait la même chose que la jeune femme se demanda si le lieu qu’elle foulait actuellement avait une fin ou non. Savoir que l’on pouvait marcher autant sans savoir si cela allait se finir un jour avait de quoi décourager beaucoup de personne, cependant ce n’était pas un problème pour la Guérisseuse.  Ayant déjà croisé des âmes vivantes comme elle dans ce lieu, il suffisait pour Rosa d’imaginer qu’elle en rencontrerait encore par la suite. Après tout cette dernière n’était pas la seule combattante ayant été invoquée les Dieux de ce monde, aussi cette information lui laissait tout le loisir d’en déduire que d’autres personnes croiseront sa route tôt ou tard. D’ailleurs, comme pour confirmer ses espoirs, une forme au loin attira son attention. A quelques pas se trouvait une personne. A voir la posture de cette dernière, un mauvais pressentiment naquit dans l’esprit de la fiancée de Cecil qui accéléra le pas. Rosa accéléra donc le pas, accompagnée par le tintement des breloques accrochées à une ceinture. Nul doute que ce bruit, bien que léger, alerterait celui ou celle qui se trouvait un peu plus loin. D’ailleurs, cela ne manqua pas de se produire car une voix à résonnance masculine s’éleva pour demander qui s’approchait. Rosa ralenti alors pour ne pas faire peur davantage à celui qu’elle allait rencontrer. A une distance respectable de son interlocuteur, la magicienne répondit ;

« - Excusez-moi de vous avoir fait peur ! dit-elle en souriant d’un air gêné à l’adresse de l’homme. Ce dernier était plutôt grand et bien bâti. La crinière blonde coiffée en pic était également notable, bien que le détail qui attira l’attention de la demoiselle fût les blessures qui parcouraient le corps de l’homme. Oh mais vous semblez être blessé ! Vous avez besoin d’aide ? Je suis Guérisseuse, je peux vous soigner ! »

Bien qu’elle ait demandé si elle pouvait le soigner, Rosa n’était pas du genre à attendre l’aval de la personne en face, surtout si la magicienne pouvait agir. Il y avait des choses qui devaient être faites après tout, aussi la jeune femme s’approcha de l’autre personne sans s’occuper de savoir si cela allait lui attirer des ennuis, faisant comme si l’épée géante plantée devant lui n’était pas un problème. Si celle-ci était plantée dans le sol, c’était que son propriétaire n’était pas enclin à vouloir se battre. Rosa s’approcha donc timidement de lui avant de poser délicatement ses mains sur celle de l’inconnu. Fermant les yeux afin de se concentrer, Rosa rassembla une partie de son énergie magique douce et chaleureuse afin de l’insuffler dans le corps du garçon.  Ils restèrent quelques secondes ainsi, avant que la jeune femme recule de quelque pas, ses mains glissant doucement de celles de l’homme pour revenir le long de son corps aux courbes avantageuses.

« - Cela devrait suffire, comment vous sentez-vous ? S’enquit la Guérisseuse en regardant l’autre d’un air doux, sans malices. Je me nomme Rosa, et vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy - Dissidia ::  play :: dissidia world :: Cornelia Plains