You were there... years ago

 ::  play :: dissidia world :: Cornelia Plains :: Cornelia Village Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 7 Oct - 6:02
Mouflet de Materia
avatar
☞ pseudo : Dream
☞ présence : ✓ Disponible.
☞ messages : 133
☞ crédits : Square Enix

☞ monde d'origine : Gaïa
☞ profession : Vendeuse de fleurs
☞ âge : 22 ans
☞ armes : Bâton et matérias
☞ inventaire : - Vêtements pour la plage
- Bracelets argentés
☞ o. sexuelle : Hétérosexuelle
☞ amoureusement : Célibataire
Voir le profil de l'utilisateur
You were there… years agoSephiroth & Aerith
Quelqu’un qui me croiserait ne se douterait pas de l’angoisse qui me tords les tripes à chaque instant que je passe dans ce monde étrange et inconnu à me demander qui je suis et où je suis… et accessoirement pourquoi je suis ici ! Je souris, je prends un moment pour m’arrêter devant un étal tenu par une petite créature blanche et rondouillette qui ne me donne que l’envie de l’attraper et la caresser et l’étreindre comme si c’était une grosse peluche réconfortante. La créature en soi me rappelle vaguement quelque chose mais je ne peux pas dire quoi, c’est plutôt une vague certitude, une impression de déjà-vu qui est désagréable et en même temps rassurante.

Je me cherche de nouveaux vêtements. Pourquoi ? Je ne peux pas me balader tout le temps avec ces habits qui me donnent l’air d’un gros chamallow rose, de un. De deux, je n’aime vraiment pas ces trous dans mes vêtements qui ne font que me rappeler à chaque jour que j’ai probablement été empalée de bord en bord par une lame et que je devrais être fin morte. Oh j’ai bien deux fines cicatrices sur l’abdomen et dans le dos, j’ai confirmé ça avec un miroir déjà, et ça me préoccupe, ça me ronge. Il y a tellement de pourquoi et de comment qui me tourmentent…

J’entre dans la boutique sous l’insistance du petit bonhomme blanc et mignon et je sélectionne quelques habits dont la couleur et le modèle m’interpellent particulièrement. Il n’y a pas une sélection monstrueuse mais quand même une jolie variété, à croire que plein de cultures différentes sont représentées d’un habit à l’autre ! Après quelques essayages, je finis par jeter mon dévolu sur une robe d’un joli bleu, un tissu agréable au toucher et ni trop épais ni trop mince, et une jolie veste longue de couleur blanche. Je noue mes cheveux avec un ruban du même bleu que ma nouvelle robe en une longue queue de cheval basse et je conserve quelques mèches pour encadrer mon visage et les laisse retomber sur mes épaules, je trouve que j’ai l’air sévère si je rassemble toute ma chevelure en une seule couette. Oui je suis une affreuse coquette, mais les longues minutes que je passe à parfaire ma mise me font du bien, et chassent un court instant l’angoisse qui me bouffe littéralement l’intérieur.

Un peu plus guillerette que tout à l’heure, parce que c’est bien connu les femmes aiment dépenser, je sors de la boutique en chantonnant presque, un sac à la main, étrennant ma nouvelle tenue… Et je fais un arrêt cardiaque dès le pas de la porte franchie. Là-bas, à quelques mètres à peine, j’aperçois quelqu’un dont le souvenir vient subitement me frapper de plein fouet. Je me souviens subitement une lumière glauque, un endroit froid et triste, je sentirais encore un frisson me parcourir l’échine si je fermais les yeux mais je les garde bien grands ouverts alors que je me précipite vers cet homme qui me semble de plus en plus grand à mesure que je me rapproche de lui. Je m’arrête à deux pas à peine, un peu essoufflée de ce petit sprint rapide et là je me sens idiote. Je ne sais même pas son nom, je ne sais même pas le mien, je ne sais même pas où je l’ai rencontré et je suis là à pratiquement lui sauter dessus.

Pourtant… Je suis certaine d’avoir déjà vu ces longs cheveux argents, je sais que lorsqu’il se retournera, ses yeux seront d’un vert envoûtant et qu’ils donneront l’impression de briller de leur propre lumière. Je sens un bien étrange frisson me parcourir au moment où je tends ma main vers lui et j’hésite à le toucher, et c’est plutôt une de ces mèches à la couleur fascinante que j’attrape entre mes doigts. Et je me vois à nouveau, encore plus petite qu’aujourd’hui, suivre un garçon un peu plus âgé que moi dans les dédales d’un laboratoire lugubre, mes mains agrippées à cette longue chevelure d’argent, et la main apaisante de ma mère qui me poussait avec urgence dans le dos pour que j’avance malgré ma peur. C’est lui j’en ai la certitude la plus profonde alors que je regarde les fils argentés glisser entre mes doigts.

- Tu es… le garçon du laboratoire… Tu te souviens de moi ?

Ouais ben mon introduction est bizarre et ma question l’est tout autant mais mettez-vous à ma place juste un petit peu ! C’est la première personne dont la tête me revient depuis que je me suis réveillée ici, et la première fois que des souvenirs qui ne sont pas trop confus me reviennent à la mémoire. Pas question que je le laisse filer sans le harceler de questions ! Il doit bien savoir au moins mon nom ? Pitié !
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Oct - 1:10
One Winged-Angel
avatar
☞ pseudo : Raine
☞ présence : ✘ Indisponible.
☞ messages : 441
☞ double.s compte.s : n/a

☞ monde d'origine : Gaia
☞ profession : Guerrier, militaire, Général
☞ âge : 29
☞ armes : Masamune, Black Materia
☞ inventaire : Masamune +15% dégâts
☞ o. sexuelle : Nope
☞ amoureusement : O.ô
Voir le profil de l'utilisateur
You were there… years agoAerith & Sephiroth
Il semblerait qu’à chaque fois qu’il ose mettre le pied dans ce maudit village géré par ces damnés moggles, il y croise quelqu’un. Normal pour un village vous direz, mais quand on n’aime pas particulièrement interagir avec les gens, c’est rapidement ennuyant. Là encore, il semble que le mauvais karma frappe à nouveau Sephiroth alors qu’il entend des pas précipités derrière lui, et qu’un désagréable frisson le parcourt dès qu’il sent une présence inhabituelle dans son dos. D’un trait il se retourne, sentant que quelque chose reste accroché à lui… D’un regard d’abord sévère il regarde la petite demoiselle qui tient une de ses mèches de cheveux entre ses doigts… définitivement il y a un truc avec ses cheveux, vu comment Bartz l’avait également apostrophé au sujet de sa chevelure. Mais avant que Sephiroth ait pu avoir une autre pensée désagréable, comme le fait qu’il semble un vrai aimant à petites demoiselles paumées comme Lunafreya, il incline légèrement la tête sur le côté. Il connaît cette jeune femme. Ces grands yeux verts qui semblent renfermer en eux toute la gentillesse du monde, ces longs cheveux bruns, abondants et soyeux qui retombent gracieusement sur les épaules et dans le dos de cette femme, ce visage aux traits doux et avenants… ça ne peut être qu’elle…

- Ilfana?

Sephiroth a un mouvement de recul bien involontaire. Réflexe qui exprime sa surprise la plus totale, mais qui exprime aussi tout ce qui les sépare, qui les a toujours séparés. Elle est une Cetra… et lui… l’héritage du monstre venu d’un autre monde qui a détruit cette race née de Gaïa. Sait-elle? Probablement oui, elle était la compagne du Professeur Gast, il lui a sûrement dit. Une foule de sentiments et d’impressions contradictoires se bousculent; une joie certaine de revoir une des rares personnes qui s’est toujours montrée gentille envers lui, qui l’a toujours traité comme une personne normale, une certaine colère pourquoi est-ce qu’elle ne lui a jamais dit la vérité?, et l’instinct qui lui souffle d’étrangler cette créature ennemie sur le champ.

En fait il ne sait pas comment réagir. C’est bien la toute première fois qu’il est confronté à ce genre de situation. Elle était morte, tuée par les soldats de Shinra lancés à sa poursuite, sa fille probablement tuée également -on ne lui a jamais dit clairement mais c’était la logique vu les bourrins de service- et Ilfana était devenue un souvenir qu’il s’était rarement évoqué.

En fait, il y a un sentiment très clair qui prend le dessus sur la pile pêle-mêle d’émotions qui se querellent en lui. Une colère froide envers l’entité qui est sans aucun doute à l’origine de cette… résurrection. Materia. Pourquoi? Faire souffrir Ilfana dans ces éternels combats? Sans retirer quoi que ce soit à la Cetra, elle n’était clairement pas une combattante, et de mémoire, elle n’avait pas de capacités particulières qui puissent faire une différence sur un champ de bataille… peut-être une géomancienne vu la supposée capacité des Cetra à remodeler la surface de Gaïa pour accéder à la Terre Promise mais au-delà que ce soit probablement des foutaises de légende, ils n’étaient pas sur Gaïa. Pas de Lifestream, pas de ce maudit mako. Alors quel était le but de la présence d’Ilfana ici?

- C’est Materia qui t’a amenée ici?

C’est très embêtant en fait. Il se ficherait bien de passer au fil de l’épée n’importe quelle autre Cetra -il l’a déjà fait après tout- mais Ilfana… il sent qu’il ne pourrait pas s’y résoudre. Elle était la compagne du seul scientifique qu’il respecte, elle a souffert dans les laboratoires de Shinra et sous l’emprise d’Hojo, comme lui… et il n’a jamais oublié cette main qu’elle lui avait tendue lors de sa première tentative d’évasion. Elle avait voulu l’emmener avec elle, le soustraire à tout ça même si elle savait ce qu’il était et ça, c’était plus que tout ce qu’on avait pu lui donner de toute son existence.

Peu importe ce qui se passe autour d’eux, dans l’immédiat, toute l’attention de Sephiroth est fixée sur celle qu'il croit réellement être Ilfana, incapable de détacher son regard du premier visage amical qu’il a connu, de celle qu’il a associé à ce que devait être une vraie mère, celle pour qui il a pris par deux fois le risque de libérer des laboratoires de Shinra et pour qui il a été durement et sévèrement puni à deux reprises, sans que jamais il ne regrette l’avoir fait.



some angels are destined
to fall
Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Oct - 4:11
Mouflet de Materia
avatar
☞ pseudo : Dream
☞ présence : ✓ Disponible.
☞ messages : 133
☞ crédits : Square Enix

☞ monde d'origine : Gaïa
☞ profession : Vendeuse de fleurs
☞ âge : 22 ans
☞ armes : Bâton et matérias
☞ inventaire : - Vêtements pour la plage
- Bracelets argentés
☞ o. sexuelle : Hétérosexuelle
☞ amoureusement : Célibataire
Voir le profil de l'utilisateur
You were there… years agoSephiroth & Aerith
Comme je l’avais prédit, ses yeux sont du plus beau vert que j’ai pu voir, irréels avec ses pupilles de chat, et plus encore : je vois dans ses yeux qu’il me reconnaît. Je ne sais pas comment interpréter ce mouvement de recul qu’il a aussitôt. De la surprise ? Pourtant quand j’entends ce nom, je sens tout mon être se réchauffer et une douce sensation agréable m’envelopper. Oui je crois que c’est mon nom. Ilfana. Ça me dit quelque chose ça c’est sûr, même si c’est loin d’être la grande révélation que j’espérais, celle qui me ramènerait tous mes souvenirs d’un coup comme par magie. Je souris et je joins mes mains contre moi avec cet air satisfait et heureux, j’adresse mon sourire rayonnant à cet homme qui m’a reconnue, reconnaissante d’enfin croiser quelqu’un qui pourra m’aider.

« Je n’ai aucune idée qui est cette Materia, ni ce que je fais ici, ni qui j’étais avant. Je crois qu’Ilfana est bien mon nom oui… et tu es… ? »

Le garçon du laboratoire oui, mais encore ? Je fronce les sourcils et mon visage prend un air concentré. J’ai la tête renversée vers l’arrière pour arriver à le regarder comme il faut, ce n’est plus du tout un garçon. Je me souviens pourtant clairement de lui, plus jeune, plus petit, adolescent peut-être, avec ces mêmes magnifiques yeux vert brillant, les cheveux attachés en une queue de cheval, un uniforme de soldat… Je secoue la tête alors que je sens des larmes de colère me monter aux yeux. Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à me souvenir ?

« Je sais juste que tu es quelqu’un d’important pour moi. Que tu m’as sauvée d’un endroit sordide, que tu m’as sauvée la vie. »

Je prends une lente respiration pour essayer de calmer cette crise de larmes qui ne demande qu’à envahir toute ma personne. Pourquoi est-ce que je me sens si triste et à l’envers ? Je ne sais pas, mais je n’ai pas envie de pleurnicher devant lui. Je bats des cils rapidement pour en chasser les larmes qui menacent d’envahir mes yeux et je m’efforce de lui sourire à nouveau. Je me sens en pleine tempête émotionnelle et tant j’ai envie de calme et de faire le point avec moi-même, tant j’ai envie qu’il reste près de moi et m’aide à recoller les morceaux de notre histoire commune. Je tends ma main droite vers lui, lui offrant de la saisir s’il le veut, un geste d’invitation que j’aimerais bien qu’il accepte.

« Tu es la première personne que je reconnais depuis que je suis ici… J’ai besoin de toi. Est-ce que tu veux me raconter ce que tu connais de moi et m’aider à comprendre qui j’étais avant d’arriver ici ? Allons là-bas, derrière le village il y a un joli endroit avec des arbres, nous ne serons pas dérangés. »

J’espère qu’il va entendre mon appel à l’aide et accepter. J’ai vraiment envie de réapprendre à le connaître, et de réapprendre à me connaître moi. Je sais que je devrais peut-être avoir des craintes; il est après tout très imposant et il y a une sorte d’aura menaçante qui semble l’envelopper… Pourtant je n’arrive pas à ressentir de peur, pas en sachant qu’il m’a sauvée au péril de sa propre vie. Intérieurement je sais que c’est quelqu’un de bien.
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Oct - 23:30
One Winged-Angel
avatar
☞ pseudo : Raine
☞ présence : ✘ Indisponible.
☞ messages : 441
☞ double.s compte.s : n/a

☞ monde d'origine : Gaia
☞ profession : Guerrier, militaire, Général
☞ âge : 29
☞ armes : Masamune, Black Materia
☞ inventaire : Masamune +15% dégâts
☞ o. sexuelle : Nope
☞ amoureusement : O.ô
Voir le profil de l'utilisateur
You were there… years agoAerith & Sephiroth
Comme beaucoup des êtres invoqués dans ce monde par Spiritus ou Materia, elle n’a aucun souvenir de sa vie passée. Un mal car ce doit être une torture que d’ignorer qui l’on est, du moins de sa propre expérience personnelle il sait que la vérité peut être plus que douloureuse à apprendre. Un bien… car il ne souhaite aucun mal à Ilfana, et il se surprend à redouter sa réaction lorsqu’elle se souviendra que son compagnon a été tué, les années passées aux mains des scientifiques de Shinra, sa fille. Une bien étrange ambivalence envahit Sephiroth alors qu’il a du mal à détacher son regard de la Cetra. Il se soucie d’elle. C’est bien une première, et c’est une sensation désagréable.

Avant qu’il ne puisse répondre quoi que ce soit à sa question, il la voit secouer la tête et enchaîner avec des paroles qui lui donnent à nouveau envie de reculer, même si cette fois il ne le fait pas. Tu es quelqu’un d’important pour moi. Ce ne sont pas des mots qu’on lui adresse normalement et il doit s’avouer qu’il ne sait pas quoi en faire, qu’il ne sait pas comment réagir face à ça. Qu’est-ce qu’une personne normale ferait? Il n’en a aucune idée ça non plus, alors il se contente de rester stoïque et sans réactions. Elle semble vraiment sincère dans ce qu’elle affirme, qu’elle ignore jusqu’à qui elle est, qu’elle ne sait pas comment et pourquoi elle est ici… Pour le reste, comment ne pas avoir cette pointe de méfiance? On lui a menti tellement souvent, il a été trompé si souvent sur les intentions des gens, même ceux qui se disaient ses amis, Angeal, Genesis… Il est très mauvais pour lire les autres, en dehors de se méfier de tous les gens qui semblent vouloir trop se rapprocher de lui. C’est moins compliqué d’être seul. Il n’y a que de mauvaises choses à retirer d’avoir un entourage.

Il n’est manifestement pas le seul à ne pas vraiment savoir comment réagir, à la voir battre des cils pour chasser les larmes qu’il devine dans son regard. À ce stade ça le rend juste mal à l’aise et combat la réelle envie de tourner les talons et attendre qu’elle se soit calmée, mais la suite laisse l’ancien général plutôt surpris alors qu’Ilfana refait ce même geste d’y il a des années. Un geste qui appartenait à un passé mort dans ces laboratoires, enterré avec l’espoir que l’humanité ne soit pas que cruelle.

Cette main tendue représente un dilemme qu’Ilfana ne comprend sûrement pas, qui va plus loin que simplement accepter ou refuser. Si c’était si simple…

Sephiroth se détourne et fais deux pas vers la direction indiquée. Il connaît la clairière dont elle parle, paisible et peu fréquentée; un endroit bien pour parler sans que les longues oreilles des mogs n’entendre les mots échangés. Le guerrier n’a pas accepté la main tendue, trop tôt, trop d’implications, mais ça ne l’empêche pas de jeter un regard vers la Cetra après ces deux pas et de l’inviter à le suivre d’un léger signe de la tête.



some angels are destined
to fall
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Nov - 4:40
Mouflet de Materia
avatar
☞ pseudo : Dream
☞ présence : ✓ Disponible.
☞ messages : 133
☞ crédits : Square Enix

☞ monde d'origine : Gaïa
☞ profession : Vendeuse de fleurs
☞ âge : 22 ans
☞ armes : Bâton et matérias
☞ inventaire : - Vêtements pour la plage
- Bracelets argentés
☞ o. sexuelle : Hétérosexuelle
☞ amoureusement : Célibataire
Voir le profil de l'utilisateur
You were there… years agoSephiroth & Aerith
Je crois que je l’effraie un peu. J’admets que se faire sauter dessus par quelqu’un comme je l’ai fait, ce n’est pas très poli et ça a de quoi laisser n’importe qui un peu refroidit. J’espère qu’il ne m’en tiendra pas rigueur, j’ai tellement besoin qu’on m’aide à me souvenir qui j’étais ! Je prends réconfort à me répéter mon nom dans ma tête. Ilfana. C’est si joli, ça sonne… maternel à mes oreilles, ça me fait bêtement sourire mais je ne peux pas m’en empêcher.

Mon sauveur du moment reste bien silencieux, à simplement me regarder d’un air impassible que je n’arrive pas à déchiffrer. Qu’est-ce qu’il y a eu entre nous ? Est-ce que nous étions proches ? Ou au contraire des ennemis ? Ces deux idées qui me passent tour à tour par la tête font à la fois battre mon cœur plus rapidement, et le glace d’effroi.

À mon grand dépit, il n’accepte pas ma main, et je la laisse retomber lourdement en même temps que je m’assombris en le voyant s’éloigner de moi. Mais là où j’allais serrer très fort mes petits poings en réaction à toute la tristesse qui venait de m’envahir, je redresse la tête en apercevant ce signe de le suivre. Mon sourire revient aussitôt, mes yeux brillent à la simple perspective de ne plus être dans le néant grâce à la conversation qui s’annonce.

En quelques bonds je suis à sa hauteur et d’un pas enjoué je le suis à travers le village jusqu’à l’endroit exact auquel je pensais. Je ne peux pas m’empêcher de lever le regard à plusieurs reprises vers lui pendant notre déplacement, toujours avec mon grand sourire radieux qui ne quitte pas mes lèvres. Je ne peux pas décrire à quel point je suis contente, c’est bien la première fois que j’ai une certitude depuis que j’ai déboulé ici, et ça me ravit énormément.

Je m’installe sans hésiter sur le sol une fois arrivés, les jambes croisées et pliées sur le côté comme une dame se le doit avec une robe, je laisse mon bâton derrière moi et ma main va caresser le lit de verdure avec délicatesse. J’aime la nature, les fleurs et les plantes, c’est l’endroit idéal pour discuter en toute quiétude. J’attends qu’il prenne place également, ou qu’il reste debout si ça lui chante, quoique je prédis un torticolis de mon côté s’il décide de continuer à me surplomber de toute sa haute taille.

« Alors… tu ne m’as pas dit ton nom. Qui es-tu et qu’est-ce que tu fais dans la vie ? D’où on se connaît ? »

Je lui adresse mon sourire le plus engageant, mon cœur bat la chamade, je me fais violence pour ne pas l’assiéger d’un millier de questions et pour aborder le sujet avec un minimum de retenue et de douceur. Je veux savoir ! Je veux tout savoir ! Je me meurs d’en savoir plus à mon propre sujet, et sur lui également. Qui aurait pu prédire que le destin aurait une apparence aussi belle ? Parce que oui hein, c’est pas parce que j’ai perdu la mémoire que j’ai perdu mon sens esthétique, et cet homme est ma foi un très, très bel homme.
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Nov - 0:54
One Winged-Angel
avatar
☞ pseudo : Raine
☞ présence : ✘ Indisponible.
☞ messages : 441
☞ double.s compte.s : n/a

☞ monde d'origine : Gaia
☞ profession : Guerrier, militaire, Général
☞ âge : 29
☞ armes : Masamune, Black Materia
☞ inventaire : Masamune +15% dégâts
☞ o. sexuelle : Nope
☞ amoureusement : O.ô
Voir le profil de l'utilisateur
You were there… years agoAerith & Sephiroth
À chaque fois qu’elle lève son regard vers lui avec ce sourire rayonnant, lui ne peut s’empêcher de se sentir un peu plus désespéré. Les pensées de Sephiroth tournent à toute vitesse dans sa tête en dépit de son air impassible. Qu’est-ce qu’il va lui dire? Comment il va lui dire? Qu’est-ce qu’il peut lui dire? Il n’a aucune envie de rappeler à son souvenir que le Professeur Gast Faremis était mort. Que sa fille était morte. Et elle. Pourtant, dire ce genre de choses et bien pire à n’importe qui d’autre serait d’une facilité déconcertante, mais Ilfana…

C’était différent. Point.

Et il y a bien entendu un petit malaise -en tout cas de son côté, parce qu’elle, elle semble trouver tout bien naturel- lorsqu’ils se retrouvent complètement seuls. Elle est si jeune. Plus jeune que dans son souvenir? Il hésite sur ce point. Il n’était qu’un enfant lors de leur première rencontre, puis un adolescent qui ne voulait pas éveiller de soupçons et qui n’osait pas lever le regard en direction de la Cetra prisonnière du laboratoire. Ses souvenirs sur cette époque ne sont pas aussi clairs qu’il le souhaiterait. Elle était morte, et lui avait continué de vieillir, donnant aujourd’hui l’impression qu’il a plusieurs années de plus qu’elle alors qu’elle est supposée être l’aînée des deux. Un constat qui ne fait que creuser l’étrange situation actuelle.

Un soupir résigné échappe à Sephiroth lorsqu’Ilfana engage plus sérieusement la conversation et les questions. Il n’a pas envie de parler de lui, fidèle à son habitude, mais il a encore moins envie de lui révéler leur bribe d’histoire commune. Après un bref regard aux alentours il s’assoit également, une jambe repliée, l’autre allongée, le dos appuyé contre le tronc d’un l’arbre, à une distance appréciable de la Cetra.

- Mon nom est Sephiroth. Je suis… j’étais le Général de l’armée privée de Shinra; une multinationale très puissante et avec beaucoup de secteurs d’influence dans le monde d’où nous venons. Nous nous sommes connus… au sein de leur Département Scientifique.

Et là il bute sur ses mots, son regard se rive sur le sol sans avoir l’intention de regarder Ilfana en face de sitôt. Comment poursuivre? Comment expliquer? Comment justifier toutes les horreurs qui se passaient dans ces laboratoires? Justifier n’est pas le bon mot en fait, mais il n’a rien de mieux pour expliquer le fait que ces injustices étaient tolérées, acceptées, encouragées… et que même lui s’y pliait en tant que cobaye au lieu de se rebeller; et pourtant il en avait la force et le pouvoir depuis son adolescence, il aurait pu détruire tout ça. Et pourtant…




some angels are destined
to fall
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy - Dissidia ::  play :: dissidia world :: Cornelia Plains :: Cornelia Village